De Natura Sonorum cover art

REGRM 009 / Bernard Parmegiani

De Natura Sonorum

  • 1.1. incidences / résonances (4:00)
  • 1.2. accidents / harmoniques (4:46)
  • 1.3. géologie sonore (4:34)
  • 2.1. dynamique de la résonance (2:53)
  • 2.2. étude élastique (6:42)
  • 2.3. conjugaison du timbre (5:05)
  • 3.1. incidences / battements (1:43)
  • 3.2. natures éphémères (4:08)
  • 3.3. matières induites (3:44)
  • 3.4. ondes croisées (2:01)
  • 3.5. pleins et déliés (4:39)
  • 4.1. points contre champs (8:31)

PLEASE NOTE: We currently do not have the licence to hand out download codes for the Recollection GRM series.
This will hopefully change in the future. Thank you for your understanding

Digital Transfer: Diego Losa
Cut at 45rpm by CGB & Rashad Becker at Dubplates & Mastering, Berlin, April-May 2013
Layout: Stephen O'Malley
Translations: Valérie Vivancos
Coordination GRM: Christian Zanési & François Bonnet
Executive Production: Peter Rehberg

De Natura Sonorum (1975)

Création Salle Wagram, à Paris, le 3 juin 1975.
Suite de douze mouvements, constitués en deux séries de six.

« La première série se compose de six mouvements dont la plupart mettent en relation, généralement par couple, des sons électroniques avec des sons instrumentaux et plus rarement concrets : Incidences / résonance met en jeu d’une manière contrôlée des résonances « par sympathie » d’événements sonores d’origine concrète avec des processus qui permettent l’entretien (prolongation d’un son) variable de sources électroniques. Les « incidents » ici sont opposés aux « accidents » ponctuels du second mouvement : Accidents / harmoniques. Dans ce second mouvement, des événements parfois très brefs d’origine instrumentale viennent modifier le timbre harmonique du continuum qu’ils entrecoupent ou sur lequel ils se superposent. Par ailleurs le jeu de hauteurs réduit au minimum créé une zone d’attention à d’autres phénomènes généralement masqués par la forme mélodique appliquée au jeu instrumental. Géologie sonore s’apparente au survol d’un terrain dont les différentes couches « sonores » émergeraient les unes après les autres à la surface. L’électronique et l’instrumental en viennent à se confondre par fusion, vus de si haut... Dynamique de la résonance est une exploration microphonique d’un seul corps sonore mis en résonance par différentes formes de percussion. L’Étude élastique confronte entre eux des sons dus à différents « touchers » de peaux élastiques ou instrumentales (baudruches, zarb) ou cordes vibrantes et différents gestes instrumentaux comparables à ce « toucher » mais réalisés par l’intermédiaire de processus électroniques générateurs de bruits blancs. Conjugaison du timbre, dernier mouvement de cette série, utilise la même matière pour appliquer des formes rythmiques sur un continuum dont le timbre est en continuelle variation. « La deuxième série de mouvements fait davantage appel au concret et à l’électronique cependant que l’instrumental y apparaît de façon très éphémère. Incidences / battements est une forme de rappel du premier mouvement de la première série, et débouche très rapidement sur Natures éphémères : jeu de sons éphémères instrumentaux et électroniques davantage individualisés par la forme de leur trajectoire interne que par leur matière elle-même. Matières induites : de même que des effervescences moléculaires donnent lieu à des transformations d’état, il semble ici que les différents stades de ces états des matières sonores soient issus les uns des autres comme par induction. Dans Ondes croisées, les vibrations audibles de pizz interfèrent avec les ondes que l’on devine « visibles » de gouttes d’eau sur une surface de la même matière. Pleins et déliés peut être écouté comme une étude des énergies amorties de corps mis en mouvement puis rebondissant. Telles des « bulles » creuses et des points mettant en relation la pesanteur des uns et le mouvement très délié des autres. L’œuvre se termine par Points contre champs. Ici, la notion de perspective de différents fils sonores qui trament une sorte de réseau ou champ, rend captifs les éléments ponctuels itératifs du premier plan et les absorbe progressivement afin de donner libre cours au champ, — et aux chants sonores qui s’épanouissent. » (B. P.)

De Natura Sonorum, à la manière du De Natura Rerum de Lucrèce auquel le titre fait écho, explore la multiplicité des possibles sonores. Œuvre généreuse, aux trouvailles infinies et aux intuitions fulgurantes, elle a influencé plusieurs générations de compositeurs et reste de nos jours un véritable phare dans le paysage des musiques expérimentales. De Natura Sonorum, qui est un des chefs-d’œuvre de Parmegiani, a marqué d'une manière indélébile la période classique de la musique électroacoustique. La voici enfin rééditée en vinyle, et pour la première fois dans son intégralité des douze mouvements.
Christian Zanési & François Bonnet

De Natura Sonorum (1975)

Premiered at the Salle Wagram in Paris on 3rd June 1975.
A suite of twelve movements, divided into two series of six.

“The first series comprises six related movements, usually organised in pairs, electronic sounds with instrumental and more rarely, concrete sounds: Incidences/resonances brings into play controlled resonances akin to sounds of concrete origin in a process that helps to expand the variable electronic sound sources. Here, ‘incidents’ are opposed to one-off ‘accidents’ in the second movement: Accidents/Harmoniques (Accidents/Harmonics). In the second movement, very short events of instrumental origin change the harmonic tone of the continuum they interrupt or overlap. Moreover, the high notes are underplayed, which stimulates the attention given to other phenomena generally hidden by the melodic form applied to the instrumental play. Géologie sonore (Sound Geology) is similar to a flight over an area where different ‘sound’ layers come to the surface one after the other. When seen from high above, instrumental and electronic sounds seem to fuse ... Dynamique de la resonance (Dynamics of Resonance) is a microphonic exploration of a single sound resonating through different forms of percussion. L’Etude élastique (Elastic Study) places together various sounds produced by ‘touching’ elastic or instrumental skins (baloons, doumbeks) or vibrating strings and a number of instrumental gestures close to this ‘touch’, using electronic processes to generate white noise. Conjugaison du timbre (Conjugated Tone), the last movement in the series, uses the same substance to apply rhythmic forms onto a perpetually varying tone continuum. “The second series of movements draws its inspiration from concrete and electronic sources rather than instrumental ones. Incidences/battements (Incidences/Beatings) is a reminder of the first movement in the first series which then quickly moves into Natures éphémères (Ephemeral Natures): ephemeral play on instrumental and electronic sounds, singled out by their internal trajectory rather than by the material itself. Matières induites (Induced Matters): just as molecular effervescence triggers a changes of state, it seems that the different states of these sound materials can be generated by each other or through induction processes. In Ondes croisées (Crossed Waves), the pizz vibrations interfere with somehow ‘visible’ water drops on the surface of a similar material. Pleins et déliés (Downstrokes and Upstrokes) can be listened to as the energies absorbed in the motion of bouncing bodies, while hollow ‘bubbles’ and points bring together some people’s gravity and others’ downwards movements. The work finishes with Points contre champs (Reverse Angle Points). Here, the notion of perspective of the different sound threads weaving a kind of network, or field, traps the occasional iterative elements in the foreground and progressively absorbs them, giving more space for the angle - and the chanted sound - to grow.”(B.P.)

De Natura Sonorum whose title echoes Lucretius' De rerum natura, similarly explores the multiplicity of sound possibilities. This profuse work, with countless discoveries and dazzling intuitions, has influenced several generations of composers and remains a truly seminal piece in the experimental music soundscape. De Natura Sonorum, one of Parmegiani's masterpieces, has left an indelible mark on the classical period of electroacoustic music. At last, it is being reissued on vinyl and for the first time this includes the whole of its twelve movements.
Christian Zanési & François Bonnet

Enter Code
x